ジャポニスム2018|Japonismes 2018


           

Event_reportes

L’après-Japonismes 2018 Invitation de lycéens français au Japon « Japonismes : un futur en résonance » – Groupe A

Japonismes 2018, des échanges franco-japonais qui façonneront l’avenir

La grande manifestation sur la culture et l’art japonais qui s’est déroulée en France à partir de juillet 2018, intitulée « Japonismes 2018 : les âmes en résonance », a attiré plus de 3,5 millions de visiteurs et participants (bureau de l’organisation : Fondation du Japon). Les échanges franco-japonais ont à cette occasion connu une grande période de vitalité et de nouveaux liens entre les deux pays ont vu le jour. Mais pour que cet enthousiasme ne s’éteigne pas comme un feu d’artifice passager, la Fondation du Japon, souhaitant développer davantage les relations entre les Français et les Japonais dans la continuité et la durée, a mis en place de nouveaux projets d’échanges interpersonnels entre la France et le Japon, impliquant principalement des gens qui sont intervenus dans « Japonismes 2018 », qu’il s’agisse d’experts dans des domaines particuliers ou encore de lycéens. Le premier volet de cette série de projets a eu lieu en février 2020, une année après la fin de Japonismes 2018. Dans le cadre du projet « Japonismes : un futur en résonance », des lycéens français, sur qui repose l’avenir des échanges franco-japonais, ont été conviés pour un séjour court au Japon.
Quinze élèves et quatre professeurs de cinq lycées différents ont été invités. Ils avaient participé à la troisième session de la Journée inter-lycées d’exposés en japonais et à la présentation des lycéens ambassadeurs culturels du Japon durant Japonismes 2018. Le groupe A s’est rendu au Japon du 11 au 20 février 2020 et le groupe B du 25 février au 2 mars. Le programme incluait des rencontres avec des familles et des lycéens japonais. Les élèves ont également dû choisir un thème d’étude à explorer pendant leur séjour. Ils ont aussi pu expérimenter la culture et l’histoire du Japon grâce à des visites et des activités variées. Le voyage visait non seulement à permettre aux lycéens d’élargir leur connaissance et d’approfondir leur compréhension du Japon, mais aussi à leur faire partager avec leurs propres mots leur quotidien en France avec les Japonais.
Ce rapport revient sur les moments forts du séjour du groupe A.
 

Programme du séjour

Expérience du lycée japonais

Les élèves français ont pu faire l’expérience d’une journée dans un lycée japonais grâce à la coopération du lycée privé Gyosei (Tokyo), du lycée préfectoral de Saitama Ina Gakuen Sogo (Saitama), du lycée Lys Blanc (Shirayuri Gakuen) (Tokyo) et du lycée privé Futaba (Tokyo). Nous relatons ici la visite du lycée Ina Gakuen à Saitama, le 14 février. Cet établissement avait représenté le Japon à la troisième session de la Journée inter-lycées d’exposés en japonais en envoyant des élèves faire une présentation sur Émile Guimet, un industriel français qui fut remarqué de la deuxième moitié du 19ème siècle au début du 20ème, célèbre pour sa considérable collection d’objets d’art rapportés de ses voyages en Asie. Le jour de la visite, les lycéens japonais, qui avaient participé à la journée d’exposés l’année précédente et qui sont maintenant étudiantes à l’université, étaient aussi présents et ont servi de guides aux élèves français.
Sur place, le proviseur Endo et les professeurs ont chaleureusement accueilli le groupe. Pendant la matinée, les élèves ont participé dans une grande salle de classe à un cours de français, pendant lequel ils ont présenté en japonais et en français leur quotidien à l’école en France et leur thème de recherche pour le séjour. Après cela, la classe a été divisée en petits groupes pour permettre un temps de discussions. Même ceux qui étaient un peu nerveux au début se sont sentis à l’aise une fois en comité restreint et les conversations se sont animées.
L’après-midi, les élèves français ont assisté et participé à un cours de calligraphie. Ils se sont mélangés avec les lycéens japonais, qui leur ont montré comment faire, et ils ont ainsi réussi de belles calligraphies renfermant leurs émotions. Après cela, ils ont pris part au cours de français organisé par les professeurs Matsuda et Darmon. Ils ont notamment lu les textes en français et participé aux travaux en groupe. Vu les éclats de rire, il semble qu’ils ont passé un moment agréable.
Après les cours, ils ont aidé à faire le ménage dans la classe. Cette habitude n’existant pas dans les écoles françaises, les élèves avaient hâte de découvrir ce moment souvent illustré dans les mangas et ils ont eu l’air de bien s’amuser lors de cette expérience nouvelle.

Exposés d’élèves français et japonais

Le 12 février, une séance d’exposés par les élèves français et japonais a été organisée grâce à la coopération du lycée Gyosei. Les élèves des établissements d’accueil, leurs professeurs et leurs parents ont été invités à y assister. Les élèves français et leurs professeurs, ainsi que des élèves du lycée Gyosei ont formé des groupes de 2 à 3 personnes pour présenter des exposés en japonais et en français. Les élèves français étaient un peu impressionnés par le public nombreux, mais ils ont très bien réussi leur présentation qu’ils avaient préparée avant leur départ. Les lycéens japonais étaient très attentifs à la description du quotidien dans un lycée français et aux explications sur les thèmes d’études choisis par les lycéens français, des informations qu’ils ont rarement l’occasion d’entendre.
Les lycéens de Gyosei ont fait un exposé en français sur le célèbre écrivain Kafu Nagai, grand admirateur d’Émile Zola et amoureux de la France. Ils ont fait leur présentation sous forme de sketch, interprétant notamment le personnage de Nagai, un format qui a suscité les rires et les applaudissements chaleureux du public. À la fin, les élèves français ont distribué des friandises apportées de France et un moment d’échange s’est déroulé dans une atmosphère amicale. Les discussions allaient bon train, et certains élèves étaient déçus de devoir rentrer.
 

Nuits en famille d’accueil

Pendant le séjour, les élèves français ont été accueillis deux nuits dans des familles japonaises. Ils ont pu se promener dans Tokyo, goûter la cuisine japonaise, discuter de leurs cultures et passer des moments riches avec leur famille d’accueil. Un élève a même eu l’occasion d’essayer un kimono et de participer à une cérémonie du thé dans ce cadre. L’expérience était courte, mais le dernier jour, tous étaient tristes de se quitter, et beaucoup ont promis de se revoir, en France ou au Japon.
Anaïs, du lycée Lucie Aubrac, a raconté : « Nous avons pu échanger avec nos correspondants sur ces questions sur la société actuelle. Nous avons donc pu débattre sur de nombreux thèmes et apprendre beaucoup de choses sur leur pays. Mais nous avons également fait part de nos connaissances sur des sujets variés (Brexit, révolution française…) pour avoir leur point de vue. Malgré certaines différences, nous nous sommes rendu compte que nous avions de nombreux points communs, que ce soit des passions, des goûts musicaux, etc. Nous avons discuté jusqu’à très tard parce que nous avions beaucoup de choses à nous raconter. Personnellement, je suis toujours en contact avec ma correspondante et on espère vraiment se revoir un jour, on est prête à héberger l’autre sans problème ! Nous avons même pleuré lorsque nous avons dû nous séparer malgré le fait qu’on ne se connaissait que depuis 2 jours. » De nombreux commentaires ont souligné l’importance particulière de cette expérience au sein de familles japonaises pendant ce séjour.

Visites liées aux thèmes d’études

Chaque lycée a choisi en amont du séjour un thème à approfondir. Pendant leur visite au Japon, les élèves ont observé le quotidien des Japonais et la société nippone du point de vue de ce thème. Cette approche leur a permis d’aller plus loin dans leur intérêt pour le Japon et leur compréhension. Voici les principales visites effectuées par chaque lycée en lien avec leur thème.
 
■ Lycée Lucie Aubrac – Thème : « Protection de l’environnement »
 
Le lycée Lucie Aubrac agit activement pour l’environnement : l’école est partiellement construite en bois et utilise l’énergie solaire. Le thème choisi par les élèves était donc la protection de l’environnement. Au Japon, le ministère de l’Éducation délivre la dénomination « eco-school » (école écologique) aux établissements qui agissent pour limiter leur impact environnemental. Afin d’enquêter sur ces initiatives, les élèves ont visité le 13 février l’école primaire Shinozaki-daisan de l’arrondissement d’Edogawa, qui est l’un de ces établissements. Le directeur de l’école, M. Aritani, et les membres du comité pour l’éducation d’Edogawa étaient là pour leur présenter l’école. Ils ont montré la piscine située sur le toit qui sert à l’arrosage des plantes, le bâtiment construit en matériaux provenant de la région de Tama, l’éclairage LED, le système de suivi pour économiser l’énergie, les panneaux solaires, etc. Ils ont aussi présenté des pancartes explicatives pour sensibiliser à la protection de l’environnement. Les élèves ont attentivement écouté ces explications et comparé les initiatives écologiques prises par leur école en France avec celles de l’établissement. Pendant la visite, les élèves japonais ont chanté et offert des jouets qu’ils avaient fabriqués eux-mêmes. Les Français ont répondu à cette gentille attention en chantant « Aux Champs-Élysées ».

■ Lycée Jean de la Fontaine – Thème : « L’influence des médias et réseaux sociaux en France et au Japon »

Dans le cadre de leurs recherches thématiques, les élèves du lycée Jean de la Fontaine ont visité le 13 février le service public de radio et télévision, la NHK. Des journalistes professionnels leur ont expliqué de nombreux aspects du sujet, tels que la place des réseaux sociaux au Japon, le traitement des fausses informations ou le concept de journalisme ouvert (open journalism). Les élèves étaient très intéressés, particulièrement par les explications sur le processus ouvert de création des contenus, avec la participation du public dans l’élaboration des émissions et la résolution de problèmes sociaux. Beaucoup entendaient parler pour la première fois de cette nouvelle approche du journalisme ouvert et avaient beaucoup de questions. Pour finir, on leur a montré le studio réservé aux émissions internationales de NHK World Japan et ses coulisses habituellement cachées au public. 

■ Lycée Bartholdi – Thème : «Les Mangas ou animés japonais depuis la France »

La France est le deuxième pays consommateur de mangas au monde. De nombreuses personnes en France sont influencées par les mangas et les animés japonais. Afin de percer le succès de ces œuvres, les élèves ont visité le 18 février le Musée international du manga de Kyoto et ont pu interviewer la chercheuse et auteure de manga Yoo Sookyung. Ils ont posé des questions sur la différence entre les mangas japonais actuels et les manfras, l’image du travail dans le secteur du manga, la place des femmes dans le secteur du manga en France et au Japon ou encore les raisons du succès des mangas en France. Ils ont beaucoup apprécié les réponses de Mme Yoo et ont pu activement échanger leurs points de vue pendant l’interview.

■ Lycée international de Saint-Germain-en-Laye – Thème : « Shigeru Miyamoto et la relation entre la culture et la nature au Japon »

Lors de la troisième session de la Journée inter-lycées d’exposés en japonais de Japonismes 2018 l’année précédente, les élèves du lycée international de Saint-Germain-en-Laye avaient fait une présentation sur Shigeru Miyamoto, responsable créatif de Nintendo et créateur de jeux vidéos célèbres comme « Mario » ou « Zelda ». Pendant le séjour, les élèves ont fait des recherches sur la nature à Kyoto, la ville natale de Miyamoto, et étudié l’influence de sa vision de la nature sur son œuvre.
Le 19 février, ils ont rencontré Tomohiko Ishikawa, le vice-président du Musée Ryukoku, spécialiste des montagnes sacrées, qui leur a donné des explications précises sur le culte des montagnes. Léo, l’un des participants, a donné ses impressions : « J’ai compris que la religion, la culture et la nature sont donc intimement liées au Japon et très ancrées dans la société. La philosophie très pure, le mode de pensée et les coutumes des Japonais proviennent certainement d’un mode de vie paisible et d’un intérêt très profond pour la nature. Enfin, la foi des Japonais est constamment liée à la beauté de la nature et de son harmonie. La base de la culture japonaise repose sur la nature sous toutes ses formes, et j’ai été touché par l’art de vivre de ce peuple. Peut-être bien qu’un tel contexte culturel est l’un des éléments qui sont au plus profond des œuvres de Miyamoto. »

Expérience de la culture et de l’histoire japonaises

Le programme du séjour a permis aux participants d’entrer en contact avec la culture et l’histoire japonaises sous des angles divers, avec la visite du Musée d’Edo-Tokyo, de l’exposition d’art numérique expérimental teamLab Borderless et du Miraikan. Ils ont vu des temples et des sanctuaires à Kyoto, le centre-ville de Hiroshima, l’île de Miyajima, de même qu’assisté à un spectacle de bunraku, participé à une cérémonie du thé et à un atelier de teinture yuzen. Ainsi, ils ont pu expérimenter les traditions comme la culture contemporaine japonaises, et voyager de Tokyo à Hiroshima en passant par la région du Kansai. 

■ Cérémonie du thé
Pendant la cérémonie du thé, les participants ont appris l’ensemble du rituel : entrer par la petite porte du pavillon en se courbant, saluer et déguster le thé et les pâtisseries. L’hôte leur a également expliqué la signification de la calligraphie et de l’arrangement floral ikebana décorant l’alcôve tokonoma. Les participants ont été attentifs à ses remarques sur le fait que la cérémonie du thé est un condensé de la culture japonaise, car elle regroupe l’artisanat, la calligraphie, l’ikebana, la gastronomie avec la cuisine kaiseki et la pâtisserie wagashi, le paysagisme avec le pavillon de thé et le jardin, l’esprit du zen, etc. Elle a également expliqué le sens de la phrase zen inscrite sur le rouleau suspendu : « Baika setsuri no haru ». Les participants étaient touchés par la profondeur de ces mots.

■ Musée d’Hiroshima pour la Paix

De nombreux participants souhaitaient vivement se rendre à Hiroshima, c’est pourquoi la journée du 17 février a été consacrée à cette ville. La visite du Musée d’Hiroshima pour la Paix était incontournable pour découvrir une facette importante de l’histoire du Japon. Sara, du lycée Lucie Aubrac, a écrit dans son rapport : « Le Musée d’Hiroshima pour la Paix est riche en explications, archives et documents d’époque. J’ai très vite réalisé que j’étais vraiment loin de la réalité en termes de souffrance et d’horreur. Le musée est fait de telle manière que le visiteur ne puisse que se projeter dans ce douloureux moment d’histoire qui a fait plonger la ville de Hiroshima dans l’horreur en quelques minutes : la bombe explosant à quelques centaines de mètres du sol, et faisant des milliers de morts. Mais c’est sans compter les ravages sur le long terme, causés par les radiations, un point dont je n’avais pas pris conscience avant cette visite. » 

Fête de départ à l’Institut de la langue japonaise du Kansai de la Fondation du Japon

La veille du retour en France, le 19 février, les élèves ont eu droit à une fête de départ et un moment de retour sur le séjour, à l’Institut du Kansai de la Fondation du Japon, proche de l’aéroport international du Kansai. Les participants ont raconté leurs moments marquants, regrettant d’être déjà à la fin du séjour. Le lendemain, ils se sont ensuite envolés pour la France de l’aéroport du Kansai, en emportant précieusement leurs souvenirs. Tout le personnel de la Fondation du Japon a fait ses adieux, espérant que chacun des participants continuera à prendre conscience qu’il porte les échanges franco-japonais et à jouer ce rôle dans ses activités futures aussi.


Rapports des participants

Les professeurs et élèves français qui ont participé au programme d’invitation au Japon ont rédigé des rapports sur leur séjour. N’hésitez pas à consulter leurs impressions sur le voyage.

Lycée international de Saint-Germain-en-Laye
Marie FIEVE
Léo RIOS

Lycée Jean de la Fontaine
Nizar ABDELHAK
Awa CHOYE
Leila CROWLEY

Lycée Bartholdi
Honoré SUHNER

Lycée Lucie Aubrac
Clotilde BENOIT
Alexandre GRAVOT
Anaïs MAIRE
Sara HAMOUDA