ジャポニスム2018|Japonismes 2018


La Maison de la culture du Japon à Paris

Chronique
28/08/2018

Message de la Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP)

Tsutomu Sugiura
Président de la MCJP

 La MCJP a été inaugurée en 1997. Les travaux de construction sous le partenariat public-privé d’acteurs japonais et français avaient commencé après la conclusion d’un accord entre les chefs d’États respectifs en 1982. Dédiée à la présentation et la promotion de la culture japonaise, et proposant aussi des activités d’échanges, elle vient de fêter son vingtième anniversaire l’année dernière.

 Notre activité est subventionnée par le soutien financier de l’Amicale au Japon pour la Maison de la culture du Japon à Paris, qui est constituée de sociétés privées membres, et par les fonds de la Fondation du Japon

 Par le fait que Monsieur Hiroyasu Ando, Président de la Fondation du Japon, occupe aussi le poste de Secrétaire général de « Japonismes 2018: les âmes en résonance », la MCJP qui abrite le Bureau en France de la Fondation, a participé dès le début à la préparation de cet évènement en collaboration avec le Bureau à Tokyo de la Fondation.

 La préparation de « Japonismes 2018: les âmes en résonance », a commencé en mai 2016. Elle était au stade d’une esquisse dont nous avions tout juste commencé à tracer les premiers traits sur une toile vierge, il restait tout à faire. Nous avons donc commencé par chercher les lieux d’expositions et salles de spectales. Nous n’avions que deux ans devant nous. Sachant que la plupart des musées principaux en France sont réservés trois, quatre ans à l’avance, l’identification des lieux s’annonçait plus que difficile.

 Certains espaces, comme la Grande Halle de la Villette où est présentée en ce moment l’exposition de TeamLab : « Au-delà des limites » ont pu être rapidement réservés. Au contraire, pour Ito Jakuchu, artiste peintre extrêmement apprécié au Japon – dont une exposition magnifique a été consacrée au Tokyo Metropolitan Art Museum -, mais encore peu connu parmi les connaisseurs d’art en France, nous avons rencontré beaucoup de difficultés à trouver un lieu d’exposition. Alors que nous étions déconcertés par cette situation, le directeur du musée du Petit Palais de la ville de Paris montra son intérêt, et négocia un à un avec tous les exposants prévus des années à l’avance pour qu’ils acceptent de décaler leurs dates d’exposition. C’est ainsi grâce à lui que l’exposition Jakuchu a pu voir jour. D’autres événements ont aussi connus plusieurs péripéties avant de trouver leurs lieux de présentation.

 C’est ainsi qu’en définitive pas loin de soixante-dix évènements officiels sont venus colorer cette toile, préparés dans les détails jusqu’aux touches finales, avant la cérémonie de lancement officiel de « Japonismes 2018: les âmes en résonance » le 12 juillet, honorée par la présence de Madame Nyssen, ministre de la Culture de France et Monsieur Kono, le ministre des Affaires étrangères du Japon.

 

Cérémonie d’ouverture de « Japonismes 2018: les âmes en résonance »
Photo prise à la MCJP

 

 Nous avons maintenant un centre d’information dédié à « Japonismes 2018: les âmes en résonance » au rez-de-chaussée de notre bâtiment qui a pour but de faire découvrir aux visiteurs la richesse et la diveristé de la programmation et de les guider. La salle d’exposition du 2ème étage présente depuis le 14 juillet, l’exposition du calligraphe avant-gardiste Yuichi Inoue : « YU-ICHI INOUE 1916-1985 – La Calligraphie libérée ». Nous prévoyons en automne l’exposition « Jômon », et en hiver l’exposition « Foujita ». Outre les expositions, nous avons de nombreuses autres activités dans le domaine culturel et dans l’art de vivre, comme le cinéma, la gastronomie, une semaine consacrée à la culture zen, ou des séances de présentation des charmes des régions japonaises. Dans le domaine du spectacle, nous prévoyons encore beaucoup d’évènements, parmi lesquels une pièce de théâtre contemporain Jetons les livres, sortons dans la rue mise en scène par Takahiro Fujita, qui est connu pour sa méthode dite du « refrain ».
 À cette occasion, nous serons très heureux de vous accueillir en France et en nos murs.

 

(gauche) Posters dans le métro de l’exposition « YU-ICHI INOUE 1916-1985 _La Calligraphie libérée » (droite) Le Ministre des Affaires étrangères du Japon M. Kono inspectant le Centre d’information au sein de la MCJP . Photo prise à la MCJP.

Tsutomu Sugiura

 Après des études à l’université de Tokyo, Tsutomu Sugiura entre dans une compagnie privée (Marubeni Corporation). Il mène sa carrière au sein du département des objets d’arts et métiers et de celui de la recherche économique et industrielle de Marubeni. En 1997, année de l’ouverture de la Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP), il occupe le poste de Directeur des activités culturelles de la MCJP. En 1999, il rejoint Marubeni en tant que Directeur de son Institut de recherches. Il devient en 2009 Ambassadeur du Japon au Burkina Faso. Il prend ses fonctions de Président de la MCJP en 2016.